Connect with us

Economie

L’essor de la pisciculture au Qatar

Le Qatar intensifie sa lutte contre le changement climatique avec l’expansion de la pisciculture. Cette initiative vise à empêcher l’épuisement des ressources.

Publié

on

L’épuisement des stocks halieutiques a incité le Qatar à intensifier ses efforts de pisciculture dans les eaux au large des côtes du Golfe alors que la demande de produits frais sur les marchés locaux augmente.

Les dommages aux récifs coralliens causés par le réchauffement climatique, ainsi que la surpêche, pourraient potentiellement entraîner une baisse de 30% du potentiel de capture de poisson dans les eaux qatariennes d’ici la fin du siècle, selon le professeur assistant de recherche à l’Université du Qatar, Pedro Range. «Alors que les poissons du golfe se sont généralement adaptés à des températures de l’eau plus élevées, la fréquence et l’ampleur du blanchissement des récifs coralliens ces dernières années suggèrent que la région court un risque réel de perdre son écosystème bio-diversifié dans les décennies à venir», a-t-il ajouté. Selon Range, on espère que la production piscicole empêchera l’épuisement des stocks de poissons dans les eaux du large, mais si le problème international plus large de la surproduction de gaz à effet de serre qui entraîne le changement climatique n’est pas traité, les efforts locaux de préservation du poisson seront vaine. Lire aussi: Le plus grand projet d’aquaculture du Qatar commence à produire des légumes En novembre dernier, le Qatar a lancé Samakna , le premier projet d’aquaculture offshore de la région en eau libre du Qatar, qui utilise la technologie des cages flottantes.

Sous Al Qamra holding, le principal conglomérat d’affaires du Qatar, Samkna est situé à 50 km (30 miles) au large de la région de Ruwais au Qatar et produit 2 000 tonnes de poisson par an.
«Nous avons lancé un plan d’expansion pour doubler notre capacité de production à 4 000 tonnes. Nous obtenons des permis pour l’expansion et la construction de nouvelles cages », a déclaré le directeur des opérations et du développement de l’aquaculture marine à Al-Qumra Mahmoud Tahoun.
«Dans cinq ans, nous prévoyons de couvrir 60% de la demande locale.»

Retraité du ministère de la défense, spécialiste du Moyen Orient et plus particulièrement intéressé par l'évolution du Qatar

Continue Reading
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Newsletter

Populaire